Mouvement Sherbrooke Démocratie

Un sondage auprès des élus invite à la prudence face à la réforme de la gouvernance

Sherbrooke, 13 février 2014 — Voyant que la réforme de la gouvernance proposée par le maire de Sherbrooke ne reposait sur aucune donnée probante afin de justifier la réduction de la taille du conseil municipal et l’élimination de deux conseillers d’arrondissement, le Mouvement Sherbrooke Démocratie (MSD) a décidé de recueillir certaines informations auprès des élus sherbrookois. Pour ce faire, il a procédé à un sondage en ligne qui devait être complété par des conseillers municipaux et des conseillers d’arrondissement.

La coporte-parole du MSD, Évelyne Beaudin, croit que les données recueillies viennent confirmer les craintes des citoyens et citoyennes de Sherbrooke quant aux conséquences d’une telle réforme : « En augmentant la taille des districts de 70%, les candidats devraient maintenant cogner en moyenne à 3700 portes afin de rejoindre la même quantité d’électeurs. C’est un travail immense ! Cela correspond à 185 heures de porte-à-porte, si on passe 3 minutes par porte… la conséquence inévitable sera sans doute que moins de gens seront rejoints lors du porte-à-porte, alors que c’est souvent la seule occasion pour le citoyen de pouvoir discuter avec son conseiller municipal lors des quatre ans de son mandat. »

Les conséquences par rapport à la charge de travail des conseillers élus sont elles aussi très importantes, comme l’explique l’étudiant au doctorat à l’ENAP Claude Dostie, également coporte-parole du MSD : « D’après les données recueillies, en éliminant 7 conseillers municipaux et 2 conseillers d’arrondissement, les conseillers restants devront tous travailler 14 heures de plus par semaine pour effectuer la même quantité de travail que ce qui est actuellement réalisé par l’ensemble des élus. Cela porte la charge de travail des élus à une moyenne de 45 heures par semaine. Si les élus décident de travailler un nombre d’heures inférieur à cela, on risque fortement d’assister à une diminution de la quantité et de la qualité des services offerts par nos élus. »

« La fonction d’élu municipal est actuellement considérée comme un travail à temps partiel, commente Évelyne Beaudin, et ce alors que les conseillers consacrent en moyenne 31 heures de leur temps à leurs fonctions d’élu, ce qui est un peu tiré par les cheveux. En réduisant le nombre d’élus et en augmentant le nombre d’heures travaillées des conseillers restants, il deviendra impossible de dire qu’il s’agit d’un travail à temps partiel, et les demandes salariales des conseillers suivront inévitablement. » La coporte-parole rappelle que le seul objectif de la réforme étant de réaliser des économies, le maire risque ainsi de ne pas atteindre son but.

« L’objectif de l’exercice était d’obtenir de l’information sur la charge de travail des candidats lors des campagnes électorales et sur celle des conseillers élus, explique Claude Dostie. Sans ces informations, il était impossible d’évaluer les risques inhérents à une réduction du nombre d’élus. Toutefois, nous nous sommes butés à certains obstacles qui auraient pu être mieux surmontés si nous avions eu plus de temps pour réaliser cette étude. Nous tenions tout de même à faire un premier pas dans cette direction, et nous espérons que cela suscitera l’intérêt pour une véritable recherche scientifique sur la question », conclut M. Dostie.

— 30 —

Vous retrouverez le document des résultats et de l’analyse du sondage sur le site web du Mouvement Sherbrooke Démocratie à l’adresse www.sherbrooke-democratie.org

Pour informations :

Évelyne Beaudin
819 349-9555

Claude Dostie Jr
819 565 4798